Beaucoup d’entre nous aimeraient faire appel aux services d’escort-girls, particulièrement en Suisse. De nombreuses questions se posent à leur sujet. Pourquoi faire appel à leur service ? Désigne t’on sous le nom d’escort girl, ce que l’on appelait hier des prostitués ? De plus, quand on n’a jamais fait appel au service d’une escort, doit-on craindre de se faire arnaquer ? Dans cet article nous essaierons de répondre aux questions que vous vous posez afin de franchir le pas.

La législation sur les escorts en Suisse :

Certains d’entre vous l’ignorent peut-être, mais la Suisse est un pays béni pour les escorts-girls et leurs clients. Contrairement à la France et sa législation sévère sur les travailleuses du sexe, utiliser les services d’une escort ou d’une prostitué est parfaitement légal, à condition qu’elles soient citoyenne de l’UE ou Roumaine. La loi protège ces dames, qui ont fait de leurs charmes un métier, de Zurich à Genève en passant par Lausanne. Ainsi, au même titre que n’importe quel travailleur, leur activité est déclarée, elles bénéficient d’un statut et payent des impôts. Cette législation a le mérite de protéger « les filles » et leurs clients, de la violence des proxénètes ou de peine de prison. On estime qu’elles sont 700 à exercer ce métier rien qu’à Genève. Enfin, cela permet également de réduire le nombre d’arnaque.

Trouver des escorts sur internet :

Vous trouverez beaucoup d’offres pour faire appel à des escorts travaillant en Suisse sur internet. Tout dépend d’abord par quel biais vous souhaitez les trouver. Si pour une question de budget vous souhaitez des offres abordables, il faudra vous tourner vers les sites de petites annonces. On a régulièrement de bonnes surprises en utilisant ces services qu’on pourrait appeler de « particulier à partenaire particulière »… Malheureusement c’est parfois la loterie et en utilisant les annonces, on s’expose également aux arnaques. Vous pouvez déjà considéré qu’un prix de 150 francs suisse vous offrira une à deux heures de prestation, purement sexuelles. En dessous de cette somme, il faut commencer à se méfier…
Les 3 principaux sites de petites annonces en Suisse sont sexup.ch, sex4u.ch et le site généraliste de petites annonces anibis.ch.
Il existe également, pour nos lecteurs au budget plus souple, plusieurs agences d’escort à Genève par exemple, facilement trouvable sur Internet. Certaines d’entre elle proposent des prestations haut de gamme. Leurs escorts vous accompagneront par exemple dans certaines de vos sorties, où il est de bon ton d’avoir à son bras une jolie fille sachant s’amuser. Non seulement les agences vous proposeront donc des partenaires cultivées et bien éduqués, mais qui ont en commun d’être des filles aux allures de mannequin, sachant utiliser leurs charmes…

Trouver des escorts dans la rue :

Vous pouvez dénicher les services d’une escort de plusieurs manières. Si pour vous le nom d’escort n’est qu’un doux euphémisme pour parler d’une prostitué et que vous souhaitez simplement « tirer votre coup », vous trouverez, à Genève ou dans d’autres grandes villes Suisse, de nombreux établissements -sauna clubs, salon de massage, etc… – Et il y a peu de chances de se faire arnaquer dans ce genre d’établissements dans la mesure où ils ont pignons sur rue et qu’ils doivent tenir leur réputation.
A Zurich, outre les clubs, vous trouverez deux curiosités. D’abord dans certaines rues, près de la gare principale par exemple, les filles doivent utiliser un horodateur pour se placer sur le trottoir. Ce qui renforce le côté « safe » pour les clients, puisque les forces de l’ordre viennent régulièrement vérifier que les prostitués s’acquittent de cette taxe. Si vous êtes en voiture, vous trouverez également des box spécialement aménagés, où les filles peuvent exercer leur travail en sécurité avec leur client.